Noël dans un sac de pommes de terre

    
     C’est la nuit de Noël.
     Tout le monde dort dans la maison, sauf Pozzo le chien et Pouêt l’ours en peluche.
     « C’est pour qui, cette cafetière ? », demande Pouêt.
     « C’est pour le Père Noël » répond Pozzo.
     « Et le sac de pommes de terre, c’est pour qui ? »
     « C’est pour les rennes du Père Noël. »
     « Et toi, est-ce que tu vas aussi avoir un cadeau ? » demande encore Pouêt.
     « J’aimerais bien avoir un gros os », dit Pozzo, « mais ça n’est encore jamais arrivé. »
     « Moi, ce que je voudrais », dit Pouêt, « c’est faire un tour dans son traîneau. »
     « Impossible », dit Pozzo. « Personne n’est jamais monté dans le traîneau du Père Noël. Et maintenant dors. »
     Mais Pouêt ne dort pas. Il se cache dans le sac de pommes de terre. Tout à coup, il entend du bruit. Un gros monsieur en manteau rouge entre dans la pièce et lit le mot posé à coté de la cafetière :
 
     Pour toi, Père Noël,
     Signé : toute la famille
     Les pommes de terre c’est pour tes rennes.
 
     Le Père Noël dépose ses cadeaux, boit son café et emporte le sac de pommes de terre. Pouêt est bien caché au fond du sac. Mais les rennes ont faim. Ils aimeraient bien manger quelques pommes de terre avant de reprendre la route. Les rennes adorent les pommes de terre.
     « Encore, Père Noël ! » disent-ils.
     « Tiens », dit le Père Noël, « quelle drôle de pomme de terre. En plus, elle fait pouêt. Je crois que je vais plutôt la mettre avec les jouets. »
     Le rêve de Pouêt est en train de se réaliser. Il vole à travers le ciel dans le traîneau du Père Noël. La vitesse fait frissonner sa fourrure. Il n’a jamais vu les étoiles d’aussi près. En se penchant, il voit les maisons toutes petites. Les montagnes et les forêts immenses. Mais Pouêt se penche un peu trop… Il tombe du traîneau. Il tombe à toute vitesse et atterrit dans une vallée, au milieu d’une forêt habitée par des loups. Aussitôt une grande louve le saisit dans sa gueule. C’est la chef de la tribu. Les autres loups bondissent derrière elle. Eux aussi veulent un cadeau de Noël. Le Père Noël entend qu’il se passe quelque chose dans la vallée.
     « Père Noël, ce jouet est tombé de ton traîneau ! », grogne la louve.
     « Merci », dit le Père Noël.
     Il tient à la main le sac de pommes de terre.
     « Je crois que j’ai quelque chose pour vous. Transformation des pommes de terre ! » déclare-t-il.
     Les pommes de terre sont aussitôt transformées en os, et toutes jetées aux loups, sauf une.
     « Et toi », dit le Père Noël à Pouêt, « je ne veux plus te perdre. Tu vas tâcher de dormir, et, à la fin de ma tournée, je te ramènerai chez toi. »
     Pouêt n’y voit plus rien, mais il se sent bien à coté du Père Noël. Il s’endort tout de suite, bercé par la course du traîneau. En ramenant Pouêt à la maison, le Père Noël en profite pour livrer son dernier cadeau.
     Cette année, tout le monde a eu le sien, même Pozzo.
 
 
Michel Gay
Noël dans un sac de pommes de terre
Paris, l’école des loisirs, 2004
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s